Deux derrière la porte

couple, porte, vitre, silhouette, homme, femme, poésie
deux derrière la porte

Mauvaise compagne, espèce de morte – Jean Cocteau par Serge Reggiani

Mauvaise compagne, espèce de morte,
De quels corridors,
De quels corridors pousses-tu la porte,
Dès que tu t’endors ?

Je te vois quitter ta figure close,
Bien fermée à clé,
Ne laissant ici plus la moindre chose,
Que ton chef bouclé.

Je baise ta joue et serre tes membres,
Mais tu sors de toi,
Sans faire de bruit, comme d’une chambre,
On sort par le toit.

Publicités

la femme à barbe

femme, femme à barbe, portrait, cigarette, fume-cigarette,
la femme à barbe au fume-cigarette

« La femme à barbe » de Guy de Maupassant interprété par Jean-Louis Murat

Quand le vilain paillasse eut fini sa parade,
J’entrai. Je vis alors debout sur une estrade
Une fille très grande en de pompeux atours
Que des gouttes de suif tachait comme des larmes.
Roide ainsi qu’un soldat qui présente les armes,
Elle avait le nez fort et courbé des vautours.
Elle était pourtant jeune – une barbe imposante
Lui couvrait le menton, noire, épaisse et luisante.
L’étonnement me prit, puis je voulus savoir !
Je l’invitai d’abord à dîner pour le soir.
Elle y vint, elle était habillée en jeune homme !
Un frisson singulier me courut sur la peau ;
La fille était fort laide et cet homme assez beau.

Moi, je m’assis en face un peu timide, et comme
Si j’allais me livrer à quelques accouplements
Monstrueux… Je sentais venir par moment,
Regardant cette fille aux formes masculines,
Un besoin tout nouveau de choses libertines,
Des curiosités de plaisirs que l’on tait,
Et des frissons de femme à l’approche du mâle.
J’avais la gorge aride et mon cœur palpitait ;
Je me vis dans la glace et me trouvai très pâle ;
Ces malsaines ardeurs me troublaient malgré moi.
Elle but comme un homme et se grisa de même ;
Et puis jetant ses bras à mon cou – Viens, je t’aime,
Mon gros chéri, dit-elle, allons-nous en chez toi.

À peine fûmes-nous arrivés dans ma chambre,
Elle ouvrit ma culotte et caressa mon membre,
Puis se déshabilla très vite. Deux boutons
D’une chair noire et sèche indiquait ses tétons.
Elle était jaune, maigre, efflanquée et très haute.
Sa carcasse montrait les creux de chaque côte.
Pas de seins, pas de ventre – un homme, avec un trou.
Quand j’aperçus cela je me dressai debout ;
Mais elle m’étreignit sur sa poitrine nue,
Elle me terrassa d’une force inconnue,
Me jeta sur le dos d’un mouvement brutal,
M’enfourcha tout à coup comme on fait un cheval,
Et dans son vagin sec elle enserra ma pine.

Sa grande barbe noire ombrageait sa poitrine ;
Son masque grimaçait d’une étrange façon ;
Et je crus que j’étais baisé par un garçon !…

Rapide, l’œil brillant, acharnée et féroce,
Elle allait, elle allait, me secouant très fort.
Elle m’inocula sa jouissance atroce
Qui me crispa les os comme un spasme de mort ;
Et puis tordue, avec des bonds d’épileptique,
Sur ma bouche colla sa gueule de sapeur
D’où je sentis venir une chaude vapeur
De genièvre, mêlée au parfum d’une chique.
Pâmée, elle frottait sa barbe sur mon cou,
Puis soudain redressant sa grande échine maigre,
Elle se releva, disant d’une voix aigre,
– Nom de Dieu, que je viens de tirer un bon coup !

Adieu Skynet blogs, bonjour Wordpress

Mis en ligne le 24 août 2005, mon blog Clik & Clak et ses milliers d’images et d’archives du temps, allait disparaître avec la fermeture de la plateforme Skynet blogs. Même si le média blog semble maintenant un peu désuet et que je ne publiais plus guère là-bas, j’ai décidé de téléporter Clik & Clak sur WordPress afin de garder trace. Des choses ont disparu, comme le lien musical accompagnant chaque publication, quelques images aussi, mais dans l’ensemble tout est là. Ce changement va peut-être me rendre le goût du blog. Bon voyage à travers le temps. Dominique Houcmant | Goldo

Fille devant un écran d'ordinateur

Dalida – Avec le temps

la grande odalisque

odalisque, femme couchée, jambes, bois, arbre, tronc, Anthropomorphisme, tronc d'arbre en forme de femme, foto, photo dominique houcmant, goldo graphisme

Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe ! …
Les Bijoux, Charles Baudelaire

Léo Ferré – Les bijoux (Charles Baudelaire)